Dentelle, ma Vie...

Aussi longtemps que je me souvienne, j'ai toujours été attirée par le travail du fil.

La forme naissante, à partir d'un entrelassement de fils m'a toujours fascinée ; du haut de mes 5 ans, ne sachant pas encore tenir une aiguille à coudre, ni même faire "danser les fuseaux", je créais des formes en relief dans des coupons de tissus, sorte d'Origami de mon invention, que j'étais obligée de maintenir avec quelques pinces à linge empruntées à ma maman ; bien plus magique qu'un jouet acheté ! Le jeu du volume n'en était pour moi qu'à son tout début et je restais fascinée devant la magie de créer "un objet d'Art", simplement à partir des fils entrelassés d'un tissus.

Je crois bien que c'est ainsi que mon goût pour la dentelle est né ; je vois en elle une petite magicienne qui permet de créer, à partir d'un simple fil, toute une poésie de vides et de pleins ; dentelle aérienne qui empli l'espace de notre créativité...

J'aime à m'allonger dans l'herbe, à l'orée d'un bois ; couchée sur le dos, je regarde le feuillage par lequel passe la lumière du soleil ; cela forme une dentelle de verdure qui rayonne...

J'avais environ 6 ans quand ma grand-mère, originaire de la Haute-Loire, près du Puy-en-Velay (ville très dentellière) m'a initiée à la dentelle au crochet et ce fut pour moi une révération. Dès lors, mon crochet ne m'a jamais plus quitté et j'emporte ce petit outil magique dans tous mes déplacements. Je me souviens... Dans son armoire, elle me montrait parfois de "drôles de petites bobines en bois qu'elle utilisait dans le temps". Son carreau de dentellière ayant été abîmé pendant la guerre, elle ne l'avait plus mais en avait gardé quelques fuseaux à dentelle"...

A 19 ans, BAC de secrétariat en poche... Je suis entrée avec joie dans la vie active. Mon rêve aurait pû être de passer un CAP dentellier ; mais, à cete époque, je n'aurais même pas imaginé que cela puisse exister. Et quand bien-même... sachant qu'un CAP dentelier coûte plus de 10 000 € et que mon employeur de l'époque n'aurait certainement pas apprécié mes semaines d'absence pour aller en stage au Puy-en-Velay... Ma motivation toujours grandissante, j'ai donc choisi, quelques années plus tard, d'étudier cet Art à mon rythme, grâce à des cours pris dans une association à Chirens, des lectures de nombreux ouvrages techniques et des stages de formation à distance. Formations que j'ai suivi avec assiduité et persévérance, en plus de mon travail très prenant d'Artisane Savonnière.

"Ah, Passion, quand tu nous tient !..."

C'est ainsi que j'ai appris la dentelle avec rigueur et minutie, afin de pouvoir vous transmettre les bases de cet Art, dans le plus grand respect des techniques ancestrales ; la dentelle étant un Art traditionnel qu'il est donc primordial de perpétuer à travers les générations futures, dans les règles de l'Art.

Quelques petits ouvrages en dentelle